La Fédération des Entreprises du BTP du Département du Rhône est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment et de travaux publics
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

Unis, combatifs et solidaires Pour nous rejoindre, retrouvez-nous sur btprhone.fr et contactez Sacha Miljevic au 06.71.37.79.42

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

ACTUALITES

Nouvelle convention collective des ouvriers du Bâtiment Deux changements bienvenus

Le 26 juillet 2018
Un contingent d’heures supplémentaires en hausse de 66,6 % ; le non-cumul de la rémunération et de l'indemnisation des trajets : deux mesures phares de la nouvelle convention collective.
 
Suite à une négociation engagée fin 2016, la convention collective des ouvriers du Bâtiment vient de connaître des évolutions qui sont entrées en vigueur le 1er juillet.
Pour informer les adhérents du contenu du nouveau texte, le service "Affaires sociales" de la fédération organisait une réunion le 25 juin dernier.
 

Devant un public d’une centaine de dirigeants et de collaborateurs d’entreprises, Lydie Reinbold, responsable du service, Romain Giraud et Julie Marandeau ont développé les principaux changements intervenus, les autres modifications relevant essentiellement d’une mise à niveau par rapport à la loi.

Ainsi, les juristes ont mis l’accent sur les mesures essentielles qui ont suscité des échanges sur les diverses pratiques des entreprises en la matière.

 

300 heures au lieu de 180

La première, bienvenue dans le cadre de la reprise économique nécessitant de retrouver des capacités de production : la négociation d’un contingent d’heures supplémentaires ambitieux porté de 300 heures par an et par salarié (au lieu de 180 heures), et à 265 heures en cas d’annualisation du temps de travail. Cette modification permet donc une moyenne de 42h30 de travail par semaine (41h40 environ en cas d’annualisation du temps de travail).

Deuxième changement important : dans le cadre des petits déplacements, la nouvelle convention pose le principe du non-cumul de l'indemnisation des trajets avec la rémunération de celui-ci, faisant ainsi échec à de nombreuses jurisprudences défavorables.

 


Le 26 juillet 2018